Qu'est-ce qu'un thé rouge?

Vieillis pendant plusieurs années, ces thés possèdent des qualités thérapeutiques extraordinaires et occupent une place importante dans la médecine chinoise. Sans amertume, faibles en théine et en tanin, ils sont recommandés pour les personnes aux estomacs fragiles.
Il existe actuellement deux procédés de fabrication : les Pu Erh SHENG sont des thés verts vieillis qui se retrouvent presque uniquement compressés sous différentes formes. Ils se bonifient avec l’âge. Après la cueillette, les feuilles sont entreposées et subissent une post-fermentation se déroulant sur plusieurs années. Elle n’est pas enzymatique, mais causée par la présence de micro-organismes. Sous l’effet de ceux-ci, le bouquet aromatique des thés rouges se développe lentement : parfums terreux et nuances boisées, fumées, minérales.
Pour obtenir un Pu Erh SHOU, les feuilles fraîches sont d’abord manipulées à la manière d’un thé noir : flétrissage, dessiccation et roulage. Puis, les précieuses feuilles sont étalées pendant plusieurs jours sous de grandes toiles dans une salle où la température et le taux d’humidité sont élevés. Le processus de post-fermentation est ainsi accéléré.